La porte sacrée

Po√®me inspir√© d’une oeuvre de Micha√ęl Clementz

woodenigma13-webLa porte sacrée,

l’ouvrage de l’√Ęme,

√©trange silence d’√©ternit√©

qui déverse ses cordages de lamentations,

Si elle ne demeure pas en ce lieu,

alors aucun amour

n’a pu y avoir lieu.

 

Il me regarde, me dévisage

ce grand et féroce sage,

qu’en est- il de cet abri

o√Ļ il me m√®ne sans merci.

 

Soulevant ses bras comme deux ailes immenses

Dans la plus parfaite harmonie,

en cet endroit vénéré des elfes et des sorciers,

dévoilant son corps sculpté, par le temps arrêté.

 

Le vent, la pluie, n’ont rien √īt√© √† son entit√©,

à sa force, bien au contraire !

ils  ont dessiné des sillons sur son visage

et¬†ont parcouru ses veines de s√®ve et d’ herbes sauvages.

 

Il se veut ouvrir les ailes

toutes  grandes pour elle,

qui intrigu√©e par tant d’√©tranget√©,

se résout à fermer violemment les yeux

comme signe de rejet envers son incroyable Dieu!

 

Dieu de la Forêt,

Qui accueille en son lit les coeurs meurtris,

dont il aspire le venin, à la tombée de la nuit

Afin d’en retirer les peines et¬†chagrins,

Et  leur donner en retour, le bonheur

et¬†la croyance¬†perdue¬†en¬†¬†l’amour¬†.

À propos de Philippe Liverneaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.